Oui, on peut en effet proposer aux participants de définir eux-mêmes la question philosophique à discuter. Néanmoins, il est préférable que ce choix se fasse quelques jours avant l’atelier de discussion philosophique lui-même. Et cela pour trois raisons principales :

  1. l’élaboration et le choix d’une bonne question philosophique prend du temps. Cela nécessite un véritable travail de la part des participants qui risque de mobiliser trop de temps et d’énergie s’il est réalisé juste avant la discussion elle-même.
  2. lorsque le sujet est choisi à l’avance, cela permet à l’organisateur de préparer le jeu et les cartes (post-its pour les cartes Défi Guide et Dixit), un éventuel support, des citations en lien avec la question choisie, etc.
  3. Cela permet aux participants de commencer à y réfléchir avant l’atelier et de motiver éventuellement d’autres participants intéressés par le sujet choisi

Méthodes pour faire élaborer des questions philosophiques par les participants

A partir d’une boîte à questions

Il  est possible d’installer dans le lieu qui propose les ateliers de discussion philosophique une boîte à questions qui permettra de recueillir les questions que les participants aimeraient traiter. Cette boîte à questions doit s’accompagner d’un petit “mode d’emploi” précisant ce qu’est une question philosophique (question que l’on peut poser de manière pertinente à n’importe qui dans la rue et dont on ne peut trouver la réponse dans aucun ouvrage spécialisé).

A partir de listes de thèmes

Pour aider les participants à trouver des questions intéressantes à discuter, on peut leur distribuer des listes de thèmes philosophiques et des formules de début de question (Est-il possible, dans quel but ?, etc.) et leur proposer de fabriquer des questions en mariant des thèmes et des formules interrogatives.

A partir des convictions et certitudes des participants

Plutôt que de demander directement aux joueurs d’élaborer une question qui les intéresse, on peut les inciter à partir de leurs certitudes et/ou convictions afin de les interroger. Cela permet un engagement plus fort des participants dans la question choisie.

Voilà comment procéder :

  1. Demandez aux participants de choisir un thème qui les intéresse puis de formuler une certitude ou une conviction forte à partir de ce thème ou de l’un de ses dérivés
  2. Demandez aux participants de transformer leur phrase en question, en lui donnant une tournure non plus affirmative mais interrogative
  3. Procédez à la collecte des questions et organisez un vote ou un tirage au sort

Pour rendre l’exercice plus dynamique et ludique, on peut demander à chacun d’écrire sa certitude sur un petit papier puis de la passer à son voisin, ce dernier ayant pour charge de la transformer en question. On ramasse ensuite les questions.

A partir d’un support (texte, livre, film, etc.)

Il est possible d’aider les participants à trouver des questions en leur proposant un support de départ qui guidera leur recherche. Attention néanmoins : les participants doivent bien comprendre qu’il ne s’agit pas de poser des questions sur le support ou son contenu mais de formuler des questions philosophiques générales en se laissant inspirer par ce dernier. La discussion risquerait sinon de devenir un débat d’interprétation sur le sens et le contenu du support proposé.

Méthode de vote pour sélectionner la question philosophique

Dans le cas où l’on demande aux joueurs d’élaborer eux-mêmes des propositions de questions à discuter, on peut organiser un vote par préférence pour choisir la question philosophique à discuter. Cette méthode est plus respectueuse des choix des joueurs qu’un vote qui oblige les participants à ne choisir qu’une seule question.

Un Animateur note les questions proposées par chaque participant puis les relit une par une et demande pour chacune qui a envie d’en discuter.

Les participants peuvent voter pour autant de questions qu’ils veulent. L’Animateur met une bâton à côté de chaque question à chaque fois que celle-ci obtient un vote.

C’est la question qui a le plus de votes qui est retenue pour la discussion.

En cas d’égalité, on procède à un nouveau vote entre les questions arrivées à égalité. Les participants ne peuvent plus voter qu’une seule fois.